Diogène Antiphéry...

... se définit lui-même comme un homme ordinaire et sans grand intérêt.

Vous pourriez le croiser demain. Il ressemble en tous points à votre voisin de palier.

Père d'un garçon de dix ans, il a comme tous les parents été confronté au choix de l'éducation à lui donner. Il a alors choisi de l'éloigner des écoles et de prendre en main lui-même son enseignement en pratiquant l'Instruction En Famille.

 

C'est ainsi qu'il a réalisé que ce qu'il croyait être un droit inaliénable était en fait une liberté fragile qu'il fallait défendre farouchement. Et qu'il a commencé son attentive observation de l’Éducation Nationale.

Après plus de cinq ans d'examens minutieux, il est en mesure de nous livrer un diagnostic alarmant.

 

S'il a choisi de rester discret sur sa véritable identité, c'est parce qu'il considère que sa personne n'a pas beaucoup d'importance dans le débat. Seul, pour lui, compte le message qu'il veut transmettre.

 

Ce message, vous le trouverez dans son livre, Éducation Nationale, la grande imposture.